31 C
New York

Le Nouveau “Iron Lady” Kaja Kallas D’estonie

Published:

La Nouvelle “Dame De Fer” De L’europe, L’estonienne Kaja Kallas, Est L’une Des Voix Les Plus Fortes En Faveur D’une Position Intransigeante À L’égard De La Russie Belliqueuse..

Bruxelles (30 juin – 28).  Ayant grandi sous l’occupation soviétique de l’Estonie, Kaja Kallas exhortait les dirigeants européens à prendre la menace russe au sérieux bien avant l’invasion de l’Ukraine.

Samedi, le parti réformateur a choisi Kristen Michal, ministre du climat, pour remplacer Kaja Kallas, nouvelle haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. 

La décision unanime de nommer Mme Michal a été prise à l’issue d’une réunion à huis clos du conseil d’administration du parti, deux jours seulement après que Mme Kallas a été proposée comme nouvelle responsable de la politique étrangère de l’UE.

Le porte-parole du Kremlin a déclaré vendredi que la Russie était loin d’être enchantée par la nouvelle équipe dirigeante de l’UE, sans que Bruxelles s’en émeuve.

Dmitri Peskov a prédit que les relations entre Moscou et Bruxelles ne s’amélioreraient probablement pas de sitôt avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le Premier ministre estonien Kaja Kallas et l’ancien Premier ministre portugais António Costa à la tête de l’UE.

L’humeur européenne a changé. La Russie doit céder et quitter l’Ukraine. Les pertes au combat sont stupéfiantes et des rapports faisant état d’épidémies de typhus et de choléra parviennent à Bruxelles. Les pertes en vies humaines atteignent le niveau de la Première Guerre mondiale.

“Nous ne pensons pas que la diplomatie européenne agira de quelque manière que ce soit pour normaliser les relations”, a déclaré M. Peskov. “Les perspectives des relations entre Moscou et Bruxelles sont mauvaises.

Il a pointé du doigt Mme Kallas, qui remplacera Josep Borrell au poste de diplomate en chef de l’UE, en disant qu’elle “est bien connue dans notre pays pour ses déclarations absolument irréconciliables et parfois même rageusement russophobes”. M. Peskov ne se rend pas compte que l’occupation d’un pays européen est un concept dépassé.

Mme Kallas a été l’une des plus féroces critiques du Kremlin, ordonnant l’enlèvement de monuments soviétiques dans son pays et offrant un soutien indéfectible à l’Ukraine dans sa lutte contre l’agression russe, efforts qui lui ont valu de figurer sur la liste des personnes recherchées par Moscou. Un fonctionnaire européen est allé jusqu’à dire qu’elle “aime manger des Russes au petit-déjeuner”.

Inébranlable, Claire Et Sans Compromis

Ses détracteurs craignent que la nature inflexible de Mme Kallas ne fasse d’elle la candidate idéale pour succéder à Josep Borrell, mais ses alliés admirent sa force et sa clarté. Et la clarté est très demandée à Bruxelles.

Kaja Kallas devra renoncer à beaucoup de choses pour revenir en Europe et succéder à Josep Borrell au poste de responsable de la politique étrangère de l’Union européenne.

Ses bureaux datant du XVIIIe siècle, situés au sommet de la vieille ville pittoresque de Tallinn, allient élégance et efficacité, le cabinet néoclassique permettant de projeter des documents d’affaires sur le mur. À l’extérieur, un balcon situé au bord de la colline de Toompea permet à Mme Kallas de s’asseoir parfois, avec une vue magnifique sur la ville et le golfe de Finlande.

Mais depuis un an, Mme Kallas semble destinée à quitter la sphère politique estonienne. Jeudi, elle a été approuvée par les dirigeants de l’Union européenne en tant que prochaine haute représentante de l’Union pour la politique étrangère.

L’une des grandes forces de Mme Kallas est la clarté de ses valeurs et l’absence apparente de doute avec laquelle elle les traduit en politiques. Elle sait ce qu’elle pense et elle sait comment le dire, et elle peut le faire couramment dans de nombreuses langues, dont le français, l’anglais, le finnois, le russe et, bien sûr, l’estonien. C’est ce qui a fait d’elle le premier dirigeant européen à figurer sur une liste de personnes recherchées par la Russie. Il n’est donc pas surprenant que sa nomination, qui constitue une déclaration claire à la Russie, soit considérée comme un risque par certains, surtout en cette période de discorde au sujet de l’Ukraine.

Les hauts représentants sont censés fondre les voix contradictoires des 27 pays en une position unifiée, même si cela peut s’avérer difficile et frustrant, comme l’a constaté M. Borrell dans son désir manifeste d’être plus critique à l’égard de la guerre menée par Israël à Gaza.

Mais ses défenseurs affirment que Mme Kallas, enfant de la politique de coalition, est plus subtile que ne le laisse supposer sa réputation de marteau de Moscou. Elle est consciente que des histoires et des géographies différentes déterminent les points de vue des différents pays. Elle n’est peut-être pas aussi académique que Borrell, qui est dans son élément dans une salle de séminaire de relations internationales, mais c’est une lectrice vorace d’histoire, qui compte les professeurs Timothy Snyder et Timothy Garton Ash parmi ses amis.

Son argument est que la Russie est une puissance impériale revancharde et qu’écouter les menaces de Moscou, insiste-t-elle, c’est céder à la peur. Elle est favorable à la suppression des failles dans les sanctions, à l’augmentation des armements, aux tribunaux chargés de juger les crimes de guerre, à la saisie des biens russes, à l’interdiction de l’accès des touristes russes à l’UE, bref à tout ce qu’il faut. Récemment, elle a élargi sa conception de la menace russe pour y inclure l’utilisation d’autres méthodes perturbatrices, notamment la migration, la désinformation et le sabotage.

“L’obtention de la paix ou d’un cessez-le-feu aux conditions de la Russie ne signifie pas que les souffrances cesseront. Pire, Poutine en voudra toujours plus et aucun pays d’Europe ne sera alors en sécurité”, a-t-elle déclaré au Guardian lors d’une récente interview.

Mme Kallas ne se contente pas de faire de la rhétorique ; elle propose des idées pratiques, notamment une dette commune pour persuader les fabricants d’armes de construire des usines.

Mais sa lucidité – ou son dogmatisme, c’est selon – a un prix. Mme Kallas est la première à admettre qu’elle est plus populaire à l’étranger qu’à l’intérieur du pays, et sa décision d’augmenter les impôts pour accroître les dépenses de défense, anathème pour un parti libéral, a été une forme de suicide politique à l’intérieur du pays. Elle sait rire d’elle-même, et elle pourrait avoir besoin de cet humour de potence dans les années à venir.

Source

Articles connexes

Recent articles