31 C
New York

La visite du président iranien au Tadjikistan symbolise un rapprochement croissant

Published:


Londres (10/03 – 77.78)

Les relations tendues entre l’Iran et le Tadjikistan au cours de la dernière décennie ont repris après la visite officielle du président iranien Ebrahim Raisi à Douchanbé les 8 et 9 novembre, son deuxième voyage dans la capitale tadjike en 18 mois.

La visite de Raïssi au Tadjikistan était symboliquement importante dans un contexte de rapprochement entre les pays qui a éclipsé la série relativement standard d’accords bilatéraux signés.

Au cours du voyage, Raïssi et son homologue tadjik, Emomali Rahmon, ont annoncé un accord historique de voyage sans visa pour leurs citoyens et des accords dans les domaines du commerce, des transports et de la culture, entre autres.

Les visites de haut rang sont devenues monnaie courante entre les deux pays au cours de l’année écoulée : le ministre iranien de la Défense, Reza Qaraei Ashtiani, s’est rendu au Tadjikistan en octobre et le procureur en chef Mohammad Jaafar Montazeri a dirigé une délégation judiciaire à Douchanbé en juin.

Mais les relations n’ont pas toujours été roses entre les deux pays de langue persane, qui partagent des liens linguistiques, culturels et historiques étroits ainsi qu’un allié clé commun, la Russie.

Les relations ont été entachées au cours de la dernière décennie par des tensions qui ont vu la rupture des accords d’investissement et d’exportation, la suspension des vols directs et la fermeture des centres caritatifs et culturels iraniens au Tadjikistan.

Iranian Supreme leader Ayatollah Ali Khamenei (left) meets IRPT leader Muhiddin Kabiri in December 2015.

Le chef suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei (à gauche), rencontre le chef de l’IRPT Muhiddin Kabiri en décembre 2015.

L’Iran a provoqué la colère du Tadjikistan en 2015 en invitant le chef du Parti de la Renaissance islamique du Tadjikistan (IRPT) à une conférence quelques mois seulement après que le parti ait été interdit de manière très douteuse et qualifié de groupe terroriste par Douchanbé.

Mettant encore plus en colère Douchanbé, le chef de l’IRPT, Muhiddin Kabiri, a été photographié en train d’être accueilli par le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, lors de l’événement.

Les relations ont plongé à un nouveau plus bas en 2017 lorsque la télévision d’État tadjike – porte-parole du gouvernement – ​​a accusé l’Iran de financer et d’ordonner des assassinats politiques au Tadjikistan après qu’une série de personnalités publiques de premier plan, notamment des hommes politiques et des universitaires, aient été tuées entre 1997 et 2004.

A memorial to former Tajik parliament chairman Safarali Kenjaev, who was assassinated in 1999.

En réponse, l’Iran a accusé le Tadjikistan de proférer des mensonges flagrants et sans fondement.

On recommence, on éteint encore

Au milieu des tensions, Rahmon n’a pas assisté à la cérémonie d’investiture du président Hasan Rohani pour le deuxième mandat en 2017. Mais tout semblait oublié lorsque Douchanbé et Téhéran ont commencé à renouer leurs liens et que Rohani s’est rendu à Douchanbé en juin 2019.

En septembre 2020, la télévision d’État tadjike a diffusé un autre documentaire controversé accusant l’Iran de financer des activités militantes au Tadjikistan.

Téhéran a qualifié cette affirmation d'”allégation sans fondement” et a mis en garde Douchanbé contre “les conséquences d’un comportement” qui viole “les règles des relations amicales”.

Ce documentaire a été réalisé alors que la Cour suprême tadjike aurait emprisonné une cinquantaine de Tadjiks – anciens diplômés d’universités iraniennes – pour trahison et extrémisme religieux lors de procès à huis clos.

Dans la mesure où les médias d’État et le système judiciaire tadjiks reflètent les positions précises du gouvernement sur certaines questions, les motivations de Douchanbé derrière ce nouveau coup porté à ses relations avec l’Iran ne sont pas claires.

Que réserve l’avenir?

Rahmon n’a pas non plus assisté à la cérémonie d’investiture de Raisi en août 2021, invoquant un engagement antérieur. Mais les deux présidents se sont rencontrés le mois suivant, lorsque Raïssi a choisi le Tadjikistan comme destination pour son premier voyage à l’étranger en tant que président, l’associant à une participation à un sommet clé sur la sécurité régionale.

Depuis lors, les liens bilatéraux se sont de plus en plus renforcés.

Début 2022, Douchanbé et Téhéran ont annoncé leur intention d’augmenter le commerce bilatéral à 500 millions de dollars à l’avenir, contre seulement 121 millions de dollars en 2021. Et Rahmon s’est rendu à Téhéran en mai 2022 – son premier voyage à Téhéran en neuf ans, alors que les relations étaient ravivées.

Ahmet Furkan Ozyakar, un expert turc en politique régionale, a déclaré que « la politique iranienne tournée vers l’est sous la direction du président Raisi est… un déterminant remarquable pour faire progresser les relations avec Douchanbé » au milieu des graves problèmes économiques de l’Iran dus aux sanctions occidentales. Le programme nucléaire controversé de Téhéran.

“Dans les mois à venir, nous nous attendons à davantage de réunions officielles entre Douchanbé et Téhéran au niveau ministériel dans le cadre de ce rapprochement dans les accords militaires et de sécurité communs, ainsi qu’à l’augmentation des capacités commerciales”, a déclaré Ozyakar, maître de conférences en relations internationales à l’Université Atatürk, à RFE. /RL.

Mais compte tenu de l’histoire récente des hauts et des bas entre l’Iran et le Tadjikistan, certains analystes ne sont pas aussi optimistes.

Touraj Atabaki, un éminent expert du Moyen-Orient et de l’Asie centrale, n’exclut pas la possibilité de nouveaux « problèmes » surgissant dans un avenir proche. Atabaki, professeur émérite à l’Université de Leiden, affirme que tout changement politique majeur dans l’un de ces deux pays ou tout développement international pourrait affecter les relations entre Douchanbé et l’Iran frappé par les sanctions.

“L’approche du Tadjikistan à l’égard des affaires internationales est différente de celle de l’Iran sur cette question. Les défis sur la scène mondiale pourraient soit les rapprocher, soit les diviser – des défis comme la guerre en cours de la Russie contre l’Ukraine ou la guerre actuelle [entre Israël et le Hamas], qui menace pour s’étendre à l’ensemble de la région de l’Asie occidentale”, a déclaré Atabaki à RFE/RL.

Source : RFERL

Articles connexes

Recent articles