31 C
New York

L’UE Avertit la Chine Qu’Elle NE “Tolérera Pas” la Concurrence Déloyale Lors D’Un Sommet Aux Enjeux Considérables

Published:

Les dirigeants européens “ne pourront pas tolérer que notre base industrielle soit minée par une concurrence déloyale”, a averti Ursula von der Leyen jeudi, à l’issue d’une rencontre très attendue avec le président chinois Xi Jinping.

“La concurrence doit être loyale. Nous insistons sur une concurrence loyale au sein du marché unique, et nous insistons donc également sur une concurrence loyale de la part des entreprises qui viennent sur notre marché unique”, a déclaré la présidente de la Commission européenne à la presse à Pékin.

Sa mise en garde a été formulée à la suite de la première rencontre en personne entre les dirigeants de l’UE et le président Xi Jinping depuis cinq ans. Malgré les enjeux importants du sommet, qui s’est déroulé dans un contexte de tensions géopolitiques accrues et de relations commerciales de plus en plus tendues, aucun nouvel engagement n’a été pris par l’une ou l’autre des parties.

L’Union européenne craint que les restrictions à l’importation imposées par Pékin et les subventions généreuses accordées aux entreprises basées en Chine ne désavantagent injustement les entreprises européennes et ne gonflent le déficit commercial massif de l’Union vis-à-vis de la Chine.

La Chine est le premier partenaire commercial de l’Union européenne, avec des échanges de marchandises s’élevant à 2,3 milliards d’euros par jour.

Or, les importations de l’UE en provenance de la Chine dépassent désormais ses exportations de près de 400 milliards d’euros. Ce déficit a été multiplié par dix au cours des vingt dernières années et a doublé au cours des deux dernières années. Selon Mme von der Leyen, “de tels déséquilibres sont tout simplement insoutenables”.

“Je suis heureuse que nous ayons convenu avec le président Xi__Jinping que le commerce devrait être équilibré entre nous deux”, a-t-elle ajouté.

Les discussions sur la correction des déséquilibres commerciaux avec le Premier ministre chinois Li Qiang ont été approfondies et ont porté sur les faits et les chiffres, a déclaré Mme von der Leyen, bien qu’aucune mesure concrète pour remédier aux déséquilibres n’ait immédiatement émergé de la réunion.

“Nous attendons de la Chine qu’elle prenne des mesures plus concrètes pour améliorer l’accès au marché et l’environnement d’investissement pour les entreprises étrangères”, a déclaré le président du Conseil européen, Charles Michel, également présent à la réunion.

Selon la télévision d’État chinoise, le premier ministre Li a déclaré aux deux dirigeants européens que la Chine s’opposait à la “politisation” des relations économiques et commerciales.

L’UE a adopté une approche de “dé-risquage”, craignant que sa dépendance à l’égard de la Chine pour les matériaux critiques utilisés dans les applications de technologies propres n’érode ses industries et ne mette en péril sa sécurité.

Il s’agit d’utiliser les outils de défense commerciale et intérieure de l’UE, tels que l’enquêteantisubventions en cours sur les voitures électriques chinoises à bas prix qui inondent lemarché de l’UE.

Mme Von der Leyen a insisté sur le fait que l’élimination des risques n’était pas “l’apanage de la Chine” et a souligné que la stratégie d’autonomie de Pékin était similaire à celle de l’UE. Elle a également souligné que l’Union ne cherchait pas à dissocier son économie de celle de la Chine, comme elle l’a fait pour celle de la Russie à la suite de l’invasion de l’Ukraine.

L’Ukraine, Gaza et Taïwan à l’ordre du jour

Mme von der Leyen et M. Michel ont tous deux profité de leur voyage pour exhorter M. Xi à faire davantage pour réprimer le contournement des sanctions, les entreprises chinoises étant soupçonnées d’avoir indirectement alimenté la campagne de guerre du Kremlin en Ukraine.

L’Union européenne soupçonne que des produits de consommation courante, y compris ceux fabriqués dans l’UE, comprenant des composants nécessaires à la fabrication de drones, de missiles et d’obus d’artillerie, sont réexportés vers la Russie par l’intermédiaire de la Chine.

Les États membres ont fait pression pour inclure des sanctions contre les entreprises chinoises soupçonnées de faciliter le contournement des sanctions dans le douzième train de sanctions de l’UE, actuellement en cours de négociation.

Un haut fonctionnaire de l’UE a déclaré que si les exportations globales d’articles hautement prioritaires pour le champ de bataille de la Chine vers la Russie ont diminué, les dernières données suggèrent que les exportations de “biens à double usage” qui pourraient être réorientés à des fins militaires sont en augmentation.

Selon M. Michel, l’UE a dressé une liste d’entreprises “soupçonnées de jouer un rôle dans le contournement des sanctions”.

Mme Von der Leyen a déclaré que la position de la Chine sur la guerre en Ukraine “définira également” les relations entre l’UE et la Chine. La Chine a adopté une position neutre sur la guerre et a proposé un plan de paix en 12 points pour l’Ukraine en mars de cette année, mais s’est abstenue de rompre ses liens avec Poutine.

Les dirigeants ont également abordé la question épineuse de la guerre au Moyen-Orient et le chemin complexe vers une paix durable dans la région.

“Nous sommes d’accord pour dire que l’acheminement d’une aide vitale aux populations les plus vulnérables doit être une priorité absolue”, a déclaré M. Michel.

L’UE est le premier donateur d’aide aux territoires palestiniens et a quadruplé son aide humanitaire pour la porter à 100 millions d’euros cette année, en réponse à la crise qui engloutit la bande de Gaza. La réponse de la Chine fait pâle figure en comparaison : elle a offert 2 millions de dollars (1,86 million d’euros) d’aide humanitaire supplémentaire depuis que le conflit a éclaté en octobre.

Un haut fonctionnaire de l’UE a déclaré que le sommet était l’occasion pour Mme von der Leyen et M. Michel de faire pression sur la Chine pour qu’elle intensifie sa réponse humanitaire.

Les deux dirigeants européens, qui étaient accompagnés par le plus haut diplomate de l’Union, Josep Borrell, ont également fait part de leurs préoccupations concernant les tensions dans le détroit de Taïwan et en mer de Chine méridionale.

L’Union européenne et ses homologues occidentaux s’opposent à toute modification du “statu quo” à Taïwan, une île démocratiquement autogérée que la Chine considère comme une province sécessionniste qui devrait être réunie au continent.

L’augmentation de l’activité militaire dans le détroit de Taïwan et le précédent créé par Vladimir Poutine en Ukraine ont suscité l’inquiétude de l’Europe quant à une éventuelle escalade à Taïwan. Mais les positions européennes et chinoises restent très éloignées.

europenews

Articles connexes

Recent articles