31 C
New York

L’inconvénient de la «pâte numérique»

Published:


Paris, Atlanta (15/10 – 10)

La mode qui fait rage aujourd’hui, c’est le « numérique » ceci et le « numérique » cela. Ce mot à la mode est appliqué sur pratiquement tous les produits et services, pour en augmenter le prestige (et le prix). On nous dit désormais que la « monnaie numérique » sera la monnaie du futur, imparable, efficace, sûre et fluide.

Regardons de près le concept : le côté brillant et le côté obscur. Saut vers l’est de la Chine.

Je marchais dans une ruelle d’une ville moyenne du Jiangsu avec mon ami médecin chinois, fin 2017. Nous sommes passés devant un stand vendant des cartilages frits. Cela ne m’intéressait pas (il se méfiait toujours des aliments étranges), mais il commanda une demi-douzaine de morceaux fraîchement grillés et, tout à coup, sans un mot, glissa une carte sur un lecteur assis à côté du vendeur, qui y jeta un coup d’œil mais ne dit rien. En partant, je dois dire que j’ai été impressionné par la commodité décontractée d’un tel paiement instantané. Pas de billets ou de pièces de monnaie sales et collants ; pas besoin de marchander ou de risquer d’obtenir la mauvaise monnaie. Soigné.

Le problème est qu’un tel protocole de paiement dépend d’une chaîne technologique incroyablement complexe, fragile et coûteuse. Pensez à l’époque où vous cherchiez désespérément à obtenir de l’argent à un guichet automatique, pour constater que chacun présente un message d’ERREUR (et pas d’argent), ou pire, la machine avale votre carte ATM et tire la langue à toi. Ha ha, tu perds.

Quelques expériences de ce type et vous apprenez à ne pas vous promener sans argent en poche. En outre, les distributeurs automatiques pourraient bien être une « race en voie de disparition », car de nos jours un nombre croissant de banques semblent tenter de déraciner le réseau des distributeurs automatiques – de nombreux « kiosques fantômes » autour de Jakarta, ma ville natale, où il y avait quelques jours auparavant des distributeurs automatiques de billets. un distributeur automatique de billets. Mais maintenant, plus rien.

Les paiements numériques coûtent de l’argent. Ce n’est peut-être qu’une petite part de la transaction, mais si vous êtes un pauvre pêcheur sur une île lointaine avec six enfants affamés, chaque centavo compte.

Aujourd’hui, il existe près de 140 000 stations d’émission-réception de base (BTS) réparties dans tout l’archipel indonésien, ce qui explique pourquoi les services Internet et de téléphonie mobile à l’échelle nationale sont si fantastiques (les Australiens visitant cette entreprise sont stupéfaits de voir à quel point les connexions Internet sont meilleures et moins chères).

C’est l’infrastructure sur laquelle la « monnaie numérique » s’appuie rapidement. Des transactions ultra-rapides et sécurisées, petites ou titanesques, peuvent à nouveau passer de la banque au vendeur, au client et à la banque. Cela est particulièrement pertinent dans le cadre des efforts urgents visant à stimuler et à faciliter le commerce des petites et moyennes entreprises (PME), une préoccupation du gouvernement central indonésien depuis le début de la panique exacerbée de Covid-19 (une autre influence étrangère, issue du pays fortement compromis). OMS, dont l’Indonésie aurait dû se méfier). Décès à ce jour (2021) dus au Covid-19 : 159 000. Pendant ce temps, allègrement ignoré : « Le tabac tue environ 290 000 personnes chaque année. Le tabac est à l’origine d’un quart (25,3 %) de tous les décès d’hommes et de 7,2 % des décès de femmes. Où est le bouton panique pour ça ? [Ignoré]

Sans parler de l’ancien chiffre des « morts du Covid-19 », pratiquement tous ceux qui sont morts et ont été catégorisés comme « victimes du Covid-19 » étaient soit âgés, soit obèses, soit criblés de comorbidités qui les auraient de toute façon rapidement tués.

Qu’arrive-t-il à l’agriculteur vivant dans une ville lointaine, ou au petit commerçant sur la route, lorsqu’un violent orage (courant dans ce pays) ou une éruption volcanique (idem) met les télécommunications hors service ? Pas de « monnaie numérique » aujourd’hui, dedans ou dehors, désolé.

Les consommateurs accepteront-ils un service aussi peu sûr ? L’argent dans votre poche, c’est le pouvoir.

Pire encore, que se passe-t-il lorsque les autorités gouvernementales, pour le meilleur ou pour le pire, décident qu’elles ne vous aiment pas ? Nous savons tous à quel point l’autorité a tendance à être abusée, qu’il s’agisse d’un policier ivre qui n’aime pas la façon dont vous le regardez, ou d’un agent des impôts qui décide de vous faire passer un moment particulièrement difficile parce que sa femme l’a battu ce matin-là.

Alors, cher citoyen, voulez-vous que chaque transaction que vous effectuez soit suivie, à chaque instant, et enregistrée par l’ordinateur qui voit tout ? Tout ce que vous mangez, chaque endroit où vous payez pour entrer, chaque dette que vous remboursez. N’est-ce pas effrayant pour le moins ? C’est le point faible du protocole de « pâte numérique » : une banque, un représentant du gouvernement ou une partie mystérieuse peut annuler votre argent « … jusqu’à nouvel ordre ». Nous sommes tous conscients que les gouvernements ont tendance à « aller trop loin ». Les confinements, les inoculations forcées de produits chimiques expérimentaux, le masquage de masse et autres théâtres du coronavirus, qui n’ont pas empêché les infections de se propager, ont fourni l’occasion au grand gouvernement de mettre son nez dans tous les aspects de votre vie privée. Regardez Israël : l’un des pays les plus vaccinés au monde et l’un des taux d’infection au Covid-19 les plus élevés. Cela ne raconte-t-il pas l’histoire?

Maintenant, étendez ce comportement à l’argent précieux que vous gagnez et à la survie de votre famille. Comme c’est alarmant. La technologie n’est pas toujours votre amie.

Articles connexes

Recent articles